Parcours

Qualifiée en mode et habillement à l’âge de 18 ans et assistante styliste à 19 ans, j’ai obtenu le 2ème prix du jury et prix du public pour ma collection de fin d’étude et, j’ai travaillé comme stagiaire chez Giovanni Biasiolo et Christophe Coppens avant d’entrer à La Cambre en 2009. C’est lors d’un cours de technologie des matières sur le lin que mon intérêt pour les matières résilientes s’est éveillé. Après avoir quitté La Cambre en 2012, j’ai effectué un stage chez Lancel à Paris en maroquinerie, puis chez Faustine Steinmetz à Londres en tant qu’assistante Designer Textile et assistante Styliste en 2014.
Ensuite, j’ai organisé divers ateliers de couture et d’initiation au tissage, pendant un an, pour un public multiculturel, en Slovaquie. Après mes études, j’ai toujours orienté mes voyages et expériences de manière à acquérir des connaissances en lien avec mon projet et à devenir de plus en plus autosuffisante. Ainsi, pendant ce séjour en Slovaquie, j’ai vécu dans une ferme permaculturelle, où j’ai pu acquérir de nombreux savoir-faire, mais également prendre soin et observer les besoins des chèvres et des moutons pour pouvoir m’assurer du bien-être de ceux qui fourniront généreusement les laines de mes projets futurs…

Passionnée par la nature et préoccupée pour la conservation de la nature, de retour en Belgique, j’ai souhaité acquérir une meilleure connaissance scientifique de l’environnement et de la culture en générale(jardinage et agriculture) pour m’émanciper et afin de bien saisir les enjeux de la production des fibres textiles. J’ai alors étudié l’agroécologie et la production de semences biologiques et je suis actuellement la formation des guides nature (CNB).

Savoir utiliser ses mains, ne pas nuire ou se nuire sont pour moi des savoir-faire et savoir-être cruciaux. Je suis persuadée que quiconque sachant utiliser ses mains, ayant la volonté d’apprendre, se respectant lui-même et son environnement pourra toujours se débrouiller dans la vie.

J’ai toujours également aimé transmettre : enfant j’apprenais à mes amis à faire du roller, dessiner, construire… Aujourd’hui, plus que tout, je suis convaincue que les savoirs devraient être accessibles à tout un chacun. Les savoirs et savoir-faire sont des outils plus que nécessaires pour préserver nos libertés, l’artisanat, la biodiversité et les liens sociaux.
Le choix d’une vie plus simple m’a permis d’apprendre à faire les choses par moi-même, afin de limiter ma production de déchets, ma consommation en énergie et n’utiliser que des produits naturels (biodégradables). Je produis mes cosmétiques/produits d’entretiens de bases et néglige le superflu. Je réalise du pain au levain, cultive ou cueille mes plantes aromatiques, médicinales, légumes, fruits, etc.
À mes heures perdues, je photographie, j’écris, je dessine et je voyage. J’aime m’imprégner d’un lieu en y vivant, en y rencontrant les locaux et en y apprenant des choses.

Sur le long terme, je souhaite mener à bien mon projet d’économie sociale : une marque de vêtements artisanaux réalisés dans des matériaux locaux et respectueux de l’environnement et de la femme, ainsi qu’un atelier vouée à la transmission et l’accessibilité des savoir-faire pour tous et à la sensibilisation du public aux enjeux environnementaux et sociaux de l’industrie du textile.